Allemagne 1

E-181 Bifréquence (1974)


 

Caractéristiques techniques

Type: BB
Circulation sous 16 2/3 Hz et 25 kV 
Longueur: 17,94 m
Poids: 83 t
Vitesse maximale: 160 km/h

Le développement des relations ferroviaires franco-allemandes a conduit la DB à se doter de machines aptes à circuler sous les deux types de fréquence. 
Plusieurs prototypes vont permettre la mise au point d'une série de 25 machines, livrée entre juillet 1974 et avril 1975.

Dans les années 1960

La mise sous tension de la courte ligne entre Forbach (France) et Sarre¬bruck (Allemagne) rappelle la présence de deux fréquences différentes. Elles constituent une gêne importante sur le plan de l'exploitation qui fait appel à la traction vapeur, de plus en plus épaulée par des locomotives diesel. Le changement de machine occasionne des durées de stationnement importantes. C'est pourquoi la DB met en service au début des années 1960 divers prototypes, des E 320 (renumérotées ultérieurement 182), puis des E 310 (les futures 181) et enfin des E 410, qui effectueront une courte carrière sous le numéro de série 184. Leur nombre et surtout la disparité technique des machines décide la compagnie allemande de se doter d'une série unifiée de 25 machines aptes à circuler sous les courants allemands et français. Celle-ci est inspirée des ex-E 310 devenues des BB 181. La série, qui est numérotée BB 181. 2, est livrée par l'industrie allemande en 10 mois, une véritable aubaine pour les services de l'exploitation.

Un renfort attendu

L'arrivée des 25 unités BB 181.2 soulage bien vite l'exploitation, d'autant plus qu'avec la ligne Metz-Forbach-Sarrebruck, leur champ d'action va aussi concerner les lignes vers Apach (SNCF) et Wasserbillig-Luxembourg , notamment sur des trains reliant la capitale du Grand-Duché à Coblence en Allemagne. On les voit aussi au départ de Strasbourg avec des trains à destination de Stuttgart, Munich et Vienne. Initialement prévues à la remorque exclusive de trains de voyageurs, la DB leur confie aussi la traction de lourds trains de minerai, notamment sur la ligne de la vallée de la Moselle. Sans être des modèles de réussite technologique, les 181.2 — encore épaulées par quelques rares prototypes maintenus en service — constituent une petite famille au sein de l'imposante cavalerie des machines de la nouvelle DB. Livrées bleu à l'origine, la série connaît avec la livrée actuelle rouge et gris perle une troisième robe puisque entre-temps, certaines d'entre elles avaient revêtu la livrée turquoise/beige, abandonnée depuis. Circulant à la vitesse maximale de 160 km/h, ces machines de moyenne puissance (3200 kW) restent un élément important du parc moteur allemand. Cependant, l'arrivée future de rames ICE aptes à circuler sous plusieurs courants conduira à réduire leurs prestations. Très sollicitées sur tous les trains Eurocity France-Allemagne vers Francfort et Munich et France-Autriche vers Salzbourg et Vienne, mais aussi sur des services moins “nobles" entre Strasbourg et Offenbourg, les 181.2 ont déjà une carrière de plus de 20 années à leur actif. Quatre d'entre elles, les 211 à 214, ont été baptisées, un fait assez rare à la DB, et ont reçu les plaques distinctives respectivement de Lorraine, Luxembourg, Sarre et Moselle.

Une petite série et trois livrées

La série des 181.2 n'est constituée que de 25 éléments, l'une des plus petites familles de la DB. Les changements successifs de politique en matière de livrée des machines a permis de les voir en trois robes différentes, situation également vécue par d'autres séries. Livrées en bleu foncé, une couleur déjà appliquée aux BB 11310 et 410, certaines machines ont connu la très contestée robe «turquoise/beige» avant de revêtir la livrée actuelle en rouge et gris perle. Ainsi, pendant quelques mois, il a été possible de voir les trois variantes en service actif quotidien. Cependant, toute la série devrait être assez vite repeinte en rouge.