Allemagne 1

E-103 (1965)


 

Caractéristiques techniques

Type: CC
Courant traction: 15 000 V monophasé
16 2/3 Hz
Moteurs: 6 x 1180 kW 
Puissance: 7080 kW 
Masse: 114 t
Longueur: 19,5 m 
Vitesse: 200 km/h

Cette locomotive électrique allemande est une des plus réussies esthétiquement et techniquement à son époque. Pour les vrais amateurs de chemins de fer comme les modélistes ferroviaires allemands, elle est un «must» incontournable, marquant l'entrée du réseau allemand dans l'ère de la grande vitesse.

Les exploits de 1965-1966

La firme Siemens Schukert & Henschel fournit, en 1965, une série de 4 locomotives prototypes de type CC. Ces locomotives sont mises en tête de trains desservant Munich, dans le cadre de l'exposition internationale des transports IVA et roulent à 200 km/h entre Augsbourg et la capitale bavaroise. Le succès est réel. Une fois réglés les problèmes de commutation électrique habituellement posés par les moteurs directs sous courant monophasé à fréquence spéciale, notamment pour le démarrage et la marche à vitesse lente en tête de trains lourds. La locomotive est capable de fournir 7080 kW et jusqu'à 9000 kW pendant 10 minutes.
Confiants dans les possibilités de cette locomotive, les chemins de fer allemands commandent 145 exemplaires supplémentaires qui formeront, avec les prototypes, la grande série des E-103. Les locomotives de série sont livrées à partir de 1970. Le dessin très spécial de l'avant résulte de tests d'aérodynamisme très suivis, mais il est à noter que les dernières locomotives de série furent dotées d'une cabine plus allongée pour remédier à un manque de place dû aux formes arrondies.

Le grand retour de 1977

Toutefois, à la fin des années 1960, le réseau allemand limite la vitesse de ces locomotives à un classique 160 km/h en raison de l'usure prononcée des voies engendrées par des vitesses de 200 km/h sur voies classiques. Les contraintes latérales imposées aux voies sont, en effet, l'un des grands problèmes rencontrés par les ingénieurs et ceux des chemins de fer allemands doivent les résoudre. En 1977, les E-103 trouvent des voies à leur mesure et peuvent enfin rouler à leur vitesse normale sur un réseau Inter-City à la hauteur sur lequel des essais à 250 km/h sont faits avec la locomotive E-103-118 spécialement équipée pour cette tâche.
Les E-103 sont toujours en service, mais l'arrivée massive des Inter-City¬Express ou ICE commence à les chasser des services nobles du réseau Inter-City allemand.

La grande tradition de la vitesse allemande 

A la fin des années 1950, une clientèle d'hommes d'affaires existe plus que jamais pour les chemins de fer européens. Particulièrement en Allemagne où, dès les années 1930, des communications rapides et denses, réparties de manière uniforme sur le territoire, étaient déjà en place entre les grandes métropoles. Elles étaient assurées par des automotrices diesel articulées roulant à 150 km/h. Mais, maintenant, l'avion est là et il faut offrir des performances, du confort, des relations directes et fréquentes, et ceci non seulement en Allemagne à nouveau, mais aussi dans toute l'Europe. C'est l'origine des trains TEE ou Trans Europe Express. Il semble intéressant, pour le réseau allemand des années 1960, d'offrir en quelque sorte des relations style TEE mais nationales, de ville à ville.
C'est la naissance du service Inter-City, dont l'ICE actuel, ou Inter-City-Express, est le stade le plus avancé.
Mais àl'époque, les chemins de fer allemands n'envisageaient pas un retour à l'automotrice et ils confiaient ce service à des trains traditionnels formés d'une locomotive et de voitures remorquées. Ces trains devant rouler à 200 km/h, il fallait pour y parvenir une locomotive puissante et rapide.