030T "Boer" Etat SNCF

Le modèle réduit

 

Echelle : HO
Marque : Jouef
Réf : 8295
Année 1979

Notice

Caractéristiques :

immatriculation : 30-135 ETAT
caisse plastique noir
châssis plastique noir
inscriptions en relief "JOUEF" et "Made in France" sous le châssis
moteur 5 pôles
transmission par vis sans fin et engrenages
1 essieu bandagé
essieux métalliques
attelages internationaux sans boucle
pas d'éclairage
longueur : 98 mm
poids : 87 g

 

Le matériel réel

 

Pays : France
Compagnie : SNCF

Caractéristiques techniques

Type : 030T
Moteur: 2 cylindres intérieurs simple expansion
Cylindres: 430 x 600 mm
Diamètre des roues motrices: 1540 mm 
Surface de la grille du foyer: 1.73 m2 
Pression de la chaudière: 10 kg/cm2 
Masse: 39,5t
Longueur: 8,3 m 
Vitesse: 80 km/h
Puissance : 338 kW

immatriculation 30-101 à 30-172 ETAT à partir de 1907
immatriculation 030 TB 100 à 030 TB 170 SNCF à partir de 1938

Service : banlieue de Paris-Saint-Lazare (Versailles RD, Saint Nom La Bretèche, Saint Germain) jusqu'à l'électrification 
par 3ième rail (650 volts continu) et service mixte sur les lignes secondaires de Normandie et Bretagne.

Cette très jolie petite locomotive, bien connue des modélistesferroviaires par ses nombreuses reproductions en «0» ou en «HO», est le type même de la locomotive-tender de banlieue de la fin du XIXe siècle, caractérisée par une disposition d'essieux type 030, un mécanisme moteur simple, une grande robustesse de conception. L'accroissement du poids des trains, toutefois, met un terme rapide à sa carrière.

La naissance des «Boer»

L'excellent comportement des petites 030 de la série des 3001 -3031 construites pour les petites lignes de Bretagne et de Normandie incite la Compagnie de l'Ouest à en reconstruire une série pour ses services de banlieue, notamment pour la ligne de Paris à Saint-Germain, dont la rampe terminale de 15%o du Pecq à Saint-Germain pose des problèmes de traction tels qu'il faut changer de locomotive.
Les locomotives de banlieue 3501 à 3530, surnommées «Boer», sont construites en 1885 et elles sont, en fait, identiques aux 3000 mais ont des roues plus grandes: 1540 mm au lieu de 1440 mm. Une soute à charbon plus réduite allège la locomotive de 500 kg.

La seconde sous-série

En 1888, la compagnie met en service les 3531 à 3602. Ces locomotives se distinguent des premières par un empattement allongé de 4 m à 4,3 m par recul de l'essieu arrière sur 45 cm. Cette disposition permet d'augmenter le foyer par son allongement vers le bas entre les 2 derniers essieux. Des abris différents, des soutes de 4,2 m3 au lieu de 3,8 m3, voilà ce qui caractérise aussi ces machines par rapport aux premières.

La vraie «Boer»

La Compagnie du Nord construit, en 1889, un type identique à la 2e sous-série pour le service sur la ligne de la Petite-Ceinture, mais sur roues de 1440 mm. Ce serait, d'après l'auteur L.-M. Vilain, ce type-là qui aurait reçu le surnom de «Boer», par référence à cette guerre qui a commencé cette année-là au Transvaal. Notons que l'on écrit souvent «Boer» à tort pour cette locomotive qui n'a rien à voir avec le bateau hollandais du même nom.

La conception anglaise

La Compagnie de l'Ouest ouvre un grand nombre de petites lignes rurales à la fin du XIXe siècle : ces lignes font partie de ce que l'on appelle «le deuxième réseau» qui vient compléter le premier formé des grandes lignes construites durant le siècle. Mais à ces lignes il faut une locomotive. La compagnie s'inspire de ce qu'elle appelle la conception anglaise, c'est-à-dire une locomotive de petites dimensions, à 3 essieux moteurs, et surtout à cylindres intérieurs. Les réseaux anglais de l'époque pratiquent une politique systématique de petites locomotives robustes et légères, et n'hésitent pas à les utiliser en double traction quand le poids des trains l'exige, modulant ainsi la puissance et tes dépenses en fonction des besoins et refusant ainsi le risque de sous-emploi présenté par les grandes locomotives quand les trains sont légers. Numérotées de 3001 à 3031, ces locomotives construites en 1883 circulent en tête de trains courts, mixtes ou non, sur des lignes comme celles de Falaise à Fiers, Mézidon à Argentan, Lisieux à Mézidon, Bar¬fleur à Étretat, Caen à Dozulé-Putot, Briouze à Couteme, etc.

Collection personnelle de Hubert © HFJ Concept - Tous droits réservés